Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Luc Moudenc (UMP) "candidat" à la mairie de Toulouse

Publié le par gk

Sur son site http://jlmoudenc.net , Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse s'est déclaré candidat il y a presque un an (extraits). 


"Je l'ai dit hier en répondant à une question d'internaute sur le tchat de Toulouse.fr ; "le Figaro" le publie dans son édition du jour à l'occasion d'une interview sollicitée il y a quelques jours : je suis candidat à ma succession à la charge de maire lors de la prochaine élection municipale en mars 2008. Pour que les choses soient claires et soient dites, je reproduis ci-dessous l'entretien du Figaro tel qu'il est paru.

LE FIGARO : Serez-vous candidat à Toulouse ?

Jean-Luc MOUDENC. - Oui, bien sûr. Pour moi, c'est naturel. Je suis toulousain, j'aime ma ville sincèrement et je me consacre totalement à mon mandat de maire. J'ai beaucoup d'autres idées pour l'avenir, que, le moment venu, je présenterai. Si j'avais l'âge de la retraite, je ferais sans doute une autre réponse.

Que ferez-vous si Philippe Douste-Blazy veut redevenir maire de Toulouse ?

J.-L.M : Il préside la communauté d'agglomération, le Grand Toulouse, et je travaille positivement avec lui. La chance de Toulouse, c'est que Philippe Douste-Blazy étant ministre, nous avons obtenu des décisions très importantes, deux pôles de compétitivité, le Cancéropôle, le siège de Galiléo ... C'est une chance pour Toulouse, et son intérêt est que cela continue. Nous devons mettre en place une formule de travail pour les années à venir, permettant à Philippe Douste-Blazy de continuer à faire bénéficier Toulouse de projets d'envergure de ce type.

On prête à Dominique Baudis l'intention de jouer un rôle aux prochaines municipales*

J.-L.M : Quand il jugera opportun de s'exprimer à ce sujet, il le fera en toute liberté. Ce que je peux dire, comme maire de Toulouse, c'est que je souhaite que Dominique Baudis s'investisse à nouveau dans la vie publique toulousaine. Il a une expérience qui ne peut que bénéficier à la ville et à l'équipe municipale. Ce serait pour moi formidable de travailler à nouveau avec lui et je suis certain que les Toulousains l'apprécieraient.

Mais est-il possible de réconcilier Baudis et Douste-Blazy ?

J.-L.M : C'est une question qui ne peut être traitée que collectivement. Il est impératif que la majorité municipale, dans toutes ses sensibilités, soit unie pour les prochaines élections et je pense que tout le monde le sait. Elle ne pourra se présenter que dans l'unité et une diversité de sensibilités bien organisée. Je contribuerai à cet objectif et j'ai pleine confiance dans l'esprit de responsabilité de chacun. Nous devrons aussi être dans une dynamique d'ouverture vers des personnalités de la société civile et, pourquoi pas, de la gauche modérée. Il ne s'agit pas de s'enfermer dans une logique de parti politique et encore moins d'un seul parti. La ville est diverse et notre équipe doit être à l'image de cette diversité.

Redoutez-vous de la candidature à Toulouse de Martin Malvy, président du PS du conseil régional de Midi-Pyrénées ?

J.-L.M : Je travaille dans l'hypothèse où ce sera lui le candidat de la gauche institutionnelle. C'est une hypothèse stimulante, pour l'action municipale au quotidien comme pour les décisions qui devront être prises par la majorité lorsque l'échéance sera là.

Votre déficit de notoriété nationale n'est-il pas un handicap ?

J.-L.M : Je ne le crois pas. Quand j'ai été élu, j'avais un handicap de notoriété locale. C'est fini. Les Toulousains veulent un maire présent dans la ville, sincèrement engagé pour Toulouse. Je corresponds objectivement à ces critères. Lorsque j'aurai mené le combat municipal en conduisant la liste, j' acquerrai sans doute cette notoriété nationale que je n'ai pas recherchée depuis mon élection."

Propos recueillis par Ph. G., pour le Figaro, du mercredi 15 novembre 2006.

Publié dans Infos

Commenter cet article