M. Moudenc est "serein" face à la menace MoDem

Publié le par gk

Voici une interview parue dans la Dépêche du Midi : 

Le maire de Toulouse qui prend acte de la désignation officielle de Jean-Luc Forget pour conduire la liste du MoDem aux élections municipales de Toulouse (lire notre édition d'hier) déclare « rester serein, compte tenu de ce que représente ce mouvement aujourd'hui »…

Comment réagissez-vous aux propos de François Bayrou qui annonçait, hier dans « La Dépêche du Midi », la prochaine constitution d'une liste du MoDem à Toulouse conduite par Jean-Luc Forget ?

Sur le fond, je n'ai pas de commentaire à faire. Le MoDem a le droit de vivre sa vie. Sur la forme, en revanche, les méthodes employées par François Bayrou m'étonnent.

Qu'est-ce qui vous surprend ?

C'est par exemple la première fois qu'un chef national de parti se charge lui-même d'annoncer sa tête de liste à Toulouse. Habituellement, c'est au candidat qu'il appartient de s'exprimer. Le procédé est d'autant plus inattendu qu'il est employé par un parti où la décentralisation, le renouveau politique, la démocratie ou encore l'écoute de la base sont inscrits, dit-on, au fronton de son Panthéon politique. Et puis j'observe également que la désignation de Jean-Luc Forget n'est pas le résultat d'un vote mais le fait du chef. C'est assez curieux, mais le MoDem n'est pas à un paradoxe près…

L'émiettement de l'électorat centriste en particulier ne risque-t-il pas de jouer en faveur de la gauche ?

Franchement, compte-tenu de l'influence du MoDemqui n'est pas comparable aux grands mouvements centristes de la politique française, je reste très serein.

Restez-vous ouvert à d'éventuelles discussions avec le parti de François Bayrou ?

Tant que le MoDem n'a pas finalisé sa liste, je suis prêt à accueillir certains de ses représentants dans la mienne et à intégrer dans mon programme des éléments du projet que Jean-Luc Forget semble avoir conçu pour Toulouse.

De la même manière, seriez-vous prêt à négocier avec le MoDem au soir du premier tour?

Je crois que les élus doivent adopter une attitude responsable et cohérente. Nous savons tous désormais que les citoyens ont horreur des petites cuisines politiques d'entre deux tours. Si des décisions doivent être prises, qu'elles soient connues des électeurs avant leur passage aux urnes. Maintenant, c'est aux militants du MoDem qu'il appartient de dire ce qu'ils veulent.

Publié dans Interviews

Commenter cet article