Les premières propositions de Pierre Cohen

Publié le par gk

Sur son site de campagne, le candidat du PS Pierre Cohen a fait part de ses premières propositions sur Toulouse (http://www.pierrecohen2008.com/index.php?gestion=pages&id_page=15). Les voici :


"Depuis ma désignation comme tête de liste pour les élections muncipales, j'ai entrepris, avec les militants socialistes, mais bien au-delà avec de nombreux toulousains, de réfléchir, sur la base d'un diagnostic partagé, aux axes programmatiques que nous proposerons à nos partenaires puis aux toulousains.
Mon programme est celui d’une méthode, celle du dialogue et de la proximité. Il est aussi celui d’un contenu, fait d'audace et de volonté. Le moment viendra où, avec mon équipe, nous formulerons des propositions concrètes.
J’ai déjà évoqué quelques idées qui me tiennent à cœur. Je vais continuer à les égrener, les faire partager. Je souhaite qu’elles mûrissent et, chaque jour davantage, prennent l’ampleur de l’évidence qui s’impose.

Quatre évidences qui se sont dégagées de manière transversale des discussions que nous avons eues. Je sais que de nombreux toulousains , comme moi, les partagent.  
Toulouse est une ville chère, pour moi ce n'est pas une fatalité
Toulouse est une ville fragmentée, je veux son unité
Toulouse a besoin d'air,  pour moi c'est une priorité
Toulouse peut devenir une grande métropole européenne, je veux qu'elle le devienne

C’est autour de ces quatre ambitions, que nous articulerons nos propositions.

  • Toulouse est une ville chère, pour moi ce n'est pas une fatalité ...

Le sujet du pouvoir d’achat est d'une actualité nationale. Mais il a aussi sa pertinence locale. Voilà ce que j'entends régulièrement.
Dans les compétences qui sont les siennes, le rôle d'une municipalité est d'agir. Qu'il s'agisse des transports, du logement, des loisirs, de la santé... - et je pourrais citer bien d'autres domaines- le coût de la vie quotidienne devient à Toulouse de plus en plus cher, créant une discrimination par l’argent.
Or, j'affirme que ce résultat relève pour une part importante de la responsabilité de la droite toulousaine, soit par ses choix de gestion, soit par ses non-choix.. Jean-Luc Moudenc dans les pas de ses prédécesseurs  n'est que l'élève du laisser-faire et d'une conception libérale des politiques publiques.

Ma politique sera différente
L'intérêt public local réclame que partout où elle le peut, dans le cadre de ses compétences, la ville de Toulouse participe à la lutte contre la vie chère.
Il faut donc inventer, avoir de l’audace et du courage pour faire baisser les coûts du transport, du logement, des activités culturelles, de l’accès aux soins ...

Mon objectif : combattre la ville chère.
Trois premières propositions :
Je m'engage sur la création d'un ticket civique pour réduire le coût des tarifs du transport en commun et sur la mise à l'étude de la gratuité.
Je propose la mise en place en partenariat avec les acteurs financiers et mutualistes, d’une société de caution mutuelle permettant le paiement des cautions et la garantie des loyers pour les propriétaires.
Je souhaite que tous les enfants puissent avoir accès gratuitement dans le temps scolaire aux équipements culturels et qu'un parcours culturel puisse être proposé en partenariat aves les équipes éducatives.


  • Toulouse est une ville fragmentée, je veux son unité
Toulouse est riche de l'attraction qu'elle suscite.
Mais pour beaucoup, Toulouse est aussi une ville de souffrances.
Des jeunes aux anciens, des femmes isolées aux enfants de familles monoparentales, des personnes âgées dépendantes aux situations de précarité sanitaire, des urgences sociales les plus violentes à celles qui isolent peu à peu les plus fragiles, partout se répand la discrimination.
Et puis il y a l'urbanisme. L'urbanisme du 21ème siècle n'est pas qu'affaire de constructions, de béton ou de matériaux. La ville des temps modernes est d'abord affaire de cité, de mobilité, de vivre ensemble. Au moment où dans certains quartiers toulousains – qui sont en définitive nos nouveaux faubourgs – les difficultés s'enracinent et s'exaspèrent, faire l'unité de la ville est essentiel et prioritaire.
Beaucoup de ces lieux sont livrés à un développement au coup par coup, trop souvent offert aux enchères de la promotion privée où à la jachère de la spéculation.

Ma politique sera différente.
Ce sera notre grand chantier : relier les quartiers entre eux, relier les villes de l’agglomération, permettre, voire inventer de nouvelles mobilités.
Chaque Toulousain doit se sentir chez lui, où qu'il se trouve, quelle que soit son origine, sa condition sociale, son âge, son état physique. Toulouse est une seule et même ville. Je veux le retour de la volonté publique. Je veillerai donc à la juste répartition sur le territoire de la ville des services publics, au plus près des besoins, des services pour la petite enfance, la sécurité, l'éducation, la culture, le sport, ...

Mon objectif : rassembler et apaiser
Trois premières propositions :
Je veillerais à ce que chaque quartier bénéficie d'un traitement identique en matière de propreté, d'éclairage public comme de qualité dans son espace de vie.
Je veux casser les cloisonnements entre quartiers centres et quartiers périphériques par la création d'axes de vie autour des voies d'eau, la Garonne et le Canal, par la réalisation de grands mails piétons et cyclables et de nouveaux transports en commun avec des lignes de tramway.
Je veillerai  à la juste répartition sur le territoire de la ville, au plus près des besoins, de la présence des services publics dans la petite enfance, la sécurité, l'éducation, la culture, le sport...

  • Toulouse a besoin d'air, pour moi c'est une priorité

Qu'il s'agisse des transports, de l'urbanisme, du logement Toulouse a besoin d'espace.
En matière de citoyenneté, de débat démocratique, de vie associative, Toulouse a aussi besoin de respirer.
Là où la droite se contente d'une ville étouffée et égocentrée, nous proposons une cité ouverte et conquérante. Là où la droite écrase le débat citoyen, nous voulons lui donner corps.

Ma politique sera différente.
Je veux redonner du souffle, décloisonner, libérer les initiatives et faire de Toulouse une ville durable.
L'organisation urbaine de notre ville doit, désormais, être le fruit d'un travail collectif, pensé avec les habitants, les opérateurs, les utilisateurs qui font la cité.
Je veux que les toulousains soient les vrais acteurs de leur ville, qu’ils aient accès aux savoirs et aux cultures.
Je propose qu’ils se réapproprient leur environnement.  Il faut en finir avec le temps du laisser-faire et du copinage !
Dans le cadre des services publics, il faut faire de Toulouse une ville exemplaire : cela concerne la gestion de l'eau potable et de l'assainissement, des déchets et de leur recyclage, la promotion des nouvelles énergies..

Mon objectif : agir avec tous
Quatre premières propositions :
Je veux désormais pour chaque projet d'aménagement, qu'une nouvelle méthode s'impose : celle de la concertation des riverains, celle d'une élaboration commune de l'aménagement, celle surtout de principes partagés en matière de logement, de mixité sociale, d'équipements structurants.
Je veux proposer un véritable plan de développement de nouveaux lieux et de nouveaux liens. Par des Maisons Communales de la Citoyenneté, ce que je promets est la démocratie à tous les étages, à tous les niveaux, pour tous les toulousains.
Je propose la tenue d'Assises de la Culture. Je souhaite réunir l'excellence culturelle qui a déjà droit de cité, les talents qui n'ont pas la place qu'ils méritent et les cultures émergentes autour d'un objectif : la culture partout et pour tous et d'une ambition : faire de Toulouse la capitale européenne de la culture tous les ans et tout le temps.
Je propose la création d'une maison gays et lesbiennes en concertation avec les associations concernées.

  • Toulouse n’est pas une grande métropole européenne, je veux qu'elle le devienne

Toulouse doit accéder au rang de grande métropole européenne. Elle ne le fera qu’en relevant les défis que la mondialisation impose aux grandes villes. Celle d’en maîtriser les effets comme d’en capitaliser les atouts.
Soyons francs avec les Toulousains : l'aéronautique, le spatial, la recherche, contribuent pour l’essentiel à notre richesse. Mais cette richesse ne garantit pas une distribution automatique de ses effets.

Ma politique sera différente.
C’est justement dans le meilleur partage de ses richesses que Toulouse trouvera demain la place qui lui revient au sein des grandes villes européennes. Il nous faut conjuguer les efforts de tous, de l’aire urbaine certes, mais au-delà de l’aire métropolitaine qui englobe Albi, Montauban, Auch. Cela en matière économique, en matière d'emplois, en matière de qualifications et de connaissances, mais aussi en matière culturelle, en matière sportive, en matière touristique.
Il faut aussi que nous développions les nouvelles filières économiques issues des nouveaux enjeux comme l'écologie, les services à la personne, les nouvelles technologies de communication.
Je veux une métropole moderne et solidaire, sachant se faire entendre et être écoutée à l'échelle de l'Europe

Mon objectif : une métropole moderne parce que solidaire
Trois premières propositions :
- Je veux une métropole moderne et solidaire, sachant se faire entendre mais surtout être écoutée à l’échelle de l’Europe. C'est pourquoi, dès mon élection, j'ouvrirais le chantier de la communauté urbaine.
- Tout en renforcant les secteurs clès de notre économie régionale comme l'aéronautique le spatial, la recherche et en soutenant les pme-pmi, je souhaite ouvrir de nouvelles voies en développant les filières de l'économie sociale, de l'écologie, des services à la personne ...
- Je souhaite faire du tourisme une nouvelle priorité et un axe essentiel de notre développement en s'appuyant sur notre patrimoine, notre nouvelle ambition culturelle mais aussi sur la culture scientifique et technique."

Publié dans Infos

Commenter cet article