La LCR : l'autre alternative à gauche

Publié le par gk

Source : le site des étudiants de l'IEP http://municipalestoulouse.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/01/08/lcr-l-autre-alternative-a-gauche.html . Cet article présente les grandes lignes du projet de la LCR.


Indépendante, la Ligue Communiste Révolutionnaire affirme sa présence dans la campagne des municipales, à Toulouse comme ailleurs dans le département et dans la région. Sur la base d’un programme alternatif, proposé par des militants convaincus qui espèrent devenir des élus municipaux actifs, à l’écoute des habitants.

Objectif Municipales : faire plus de 5%

A Toulouse, le résultat de 2001, qui s’établissait pour la liste LCR à 2,49%, avait un peu déçu, même si la 3ed4b443ec297be2fca44cd90374274f.jpgcampagne de terrain s’était avérée enrichissante. Portés par des résultats récents plus élevés dans d’autres élections, sous l’impulsion du sémillant Olivier Besancenot, les camarades de la ligue comptent bien faire entendre leurs voix. La liste se constitue peu à peu. A sa tête, on découvre Myriam Martin, enseignante de lettres et d’histoire au Lycée professionnel de Bellevue. « La liste sera présentée mi-janvier, à l’issue des discussions entreprises avec le Collectif Unitaire Antilibéral et les Motivé(e)s » souligne Myriam Martin. « Nous devons être d’accord sur le programme et les propositions, pas forcément faire partie du même parti », ajoute-t-elle, « notre objectif commun est de présenter une liste et un programme alternatif à la politique du PS. Le PC, François Simon et Lutte Ouvrière ont fait d’autres choix à Toulouse ». Quant à un éventuel appel au report de voix sur la liste de la gauche plurielle au deuxième tour, la réponse reste évasive : la discussion est pour l’heure volontairement occultée, la position de la LCR est généralement décidée au niveau national, mais « nous pourrions appeler à voter contre la droite ».

Des choix de programme affirmés

Les propositions de la LCR sont nombreuses. Axes phares : la remunicipalisation de l’eau, « car dans ce domaine, il faut un service public », la gratuité des transports dans toute l’agglomération, une étude de faisabilité du tramway et un désenclavement des quartiers en concertation avec les habitants. La LCR milite pour le tout démocratique et souhaite favoriser la voie référendaire dans de multiples secteurs, sur le budget comme sur la fiscalité. Elle propose de revoir notamment le mode de calcul de la taxe d’habitation pour permettre de moins pénaliser les habitants des quartiers populaires. Elle veut aussi militer au niveau national pour une réforme de la taxe professionnelle. A Toulouse, Myriam Martin veut interpeller les préfets sur la question des logements vides laissés aux spéculateurs immobiliers et faire exercer davantage le droit de préemption de la municipalité. « Il faudra aussi œuvrer pour l’entretien des écoles, qui sont vétustes, surtout dans les quartiers sensibles ». Soutien de toutes les grandes luttes, la LCR entend peser sur les choix des municipalités dans leurs investissements et la conduite des politiques sociales.


Valérie Ravinet

Publié dans Infos

Commenter cet article