Débat Cohen-Moudenc : trente minutes pour (presque) rien

Publié le par gk

Article écrit par un étudiant de l'IEP (source : http://municipalestoulouse.blogs.nouvelobs.com/archive/2008/02/15/debat-cohen-moudenc-30-minutes-pour-presque-rien.html)

Télévisions et radios arpentent actuellement le pays et proposent des débats autour des municipales dans les grandes villes. I>Télé avait posé son plateau hier soir, après France Culture voici deux semaines, à Toulouse. Ce second débat, auquel ne participaient que Jean-Luc Moudenc et Pierre Cohen, était plus court, trop court et assez terne, pour ne pas dire ennuyeux. Les candidats se sont appliqués à mettre en avant leurs projets et la discussion entre les deux hommes ne vint que tardivement. Le maire sortant a mis en avant le pouvoir d'attraction de Toulouse qui « est la ville qui crée le plus d'emplois en France et qui reçoit le plus de population ». Il a insisté sur les commandes d'Airbus qui offrent «  du travail pour cinq ans » et a une nouvelle fois rappelé les projets d'Aerospace Campus et du Cancéropôle. A cela Pierre Cohen lui a opposé la nécessité de diversifier les activités économiques vers des secteurs d'avenir comme l'écoconstruction ou le développement durable. Au sujet du Cancéropôle il a remis en doute la création d'emplois que devrait générer ce projet, affirmant qu'en l'état actuel il ne s'agissait que du « déménagement de deux entreprises, Fabre et Sanofi et qu'aucune d'elles n'a affirmé créer des emplois ».

Sur les transports, les deux candidats ont réaffirmé leurs propositions de nouvelles lignes de tramway et de prolongement des lignes de métro. Tout deux s'accordent sur la volonté de limiter l'usage de la voiture en centre-ville. Jean-Luc Moudenc veut rendre « le piéton prioritaire en ville », Pierre Cohen prévoit une ligne de tramway circulaire autour du centre-ville et a brandi la menace des péages urbains si aucune action en matière de transport n'était mise en place. Les échanges les plus vifs concernèrent le financement des projets dans ce domaine. Depuis la semaine dernière Jan-Luc Moudenc affirme que celui de son adversaire occasionnerait une hausse de 60% de la taxe d'habitation. Ce dernier, toujours aussi peu synthétique mais plus à l'aise que par le passé, récuse et entend renflouer Tisséo grâce à la « capacité financière du Conseil Général ». Il semble ainsi revenir sur sa prise de position en faveur de la suppression des départements lors du précédent débat sur les ondes de France Culture.

A la sortie de l'émission, les candidats venus poursuivre brièvement le débat dans un amphi de l'IEP, semblaient plutôt satisfaits de leur prestation. Jean-Luc Forget, tête de liste Modem et présent hier soir dans les locaux de l'IEP, était lui franchement déçu de la démarche journalistique et regrettait que « la télévision [ait] déjà décidé du second tour, il n'y a donc pas de premier tour à Toulouse ». Il s'est également déclaré plus proche du candidat socialiste en matière de démocratie locale tout en restant « dans une démarche autonome ».

Bertrand Enjalbal

Publié dans Infos

Commenter cet article

PolitiK 18/02/2008 14:26

Juste sur la forme, il est dommage que tu n'es pas plus d'un article en première page. Celui-ci est intéressant, mais vu qu'il ne sera jamais en première page, moins de gens le liront.