Compte-rendu de la réunion publique de l'Autre liste sur la politique culturelle

Publié le par gk

Mardi 26 février a eu lieu un apéro-débat organisé par l'Autre liste pour dévoiler la politique culturelle prônée par François Simon et ses colistiers. Dans un bar-restaurant du quartier St Cyprien, une soixantaine de personnes est venue débattre, et de nombreux acteurs culturels de la ville étaient présents. 
En guise d'introduction, un colistier de François Simon a défini la culture comme un "élément clé du développement de chaque personne. Un homme sans culture est un homme machine". "La culture rassemble des gens différents, amène du lien social et crée de l'emploi ", poursuit une de ses collègues. 

L'Autre liste souhaite augmenté le budget de la ville consacré à la culture. Aujourd'hui, il est de 14,5%. La liste souhaite le faire passer à 16,5% puis à 17%, comme c'est le cas à Nantes. Mais surtout, "il faut un réequilibrage entre le budget consacré à la culture de prestige, et celui consacré à la culture du quotidien". Créer des lieux qui n'existent pas, comme une Cité de la Danse, augmenter le nombre de lieux de résidences d'artistes à Toulouse, telles sont les propositions de l'Autre liste. 
Elle veut aussi donner la possibilité aux acteurs culturels de fonctionner sur trois ans (cela existe pour le Marathon des Mots et le printemps de Septembre, mais c'est tout), de façon à batir de vrais projets, dans la durée. François Simon rajoute : "on veut créer des structures associatives par corps d'artistes, les gens du cirque, les gens du livre, les gens de la danse etc.. qui auraient cette perénnité des trois ans".

"A Toulouse il y a une vie culturelle, mais pas de politique culturelle. Nous souhaitons redonner la parole aux acteurs locaux pour que la politique cuturelle puisse exister", poursuit-il.
Une femme déclare, qu'il y a déjà des lieux de culture qui sont sous-utilisés, M. Simon reprend : "des quartiers comme Jules Julien, Alban-Minvillle peuvent être des lieux de culture dynamiques". Puis des questions fleurissent, sur la redistribution du budget, sur Toulouse 2013, sur les endroits de la cultures, sur le Marathon des Mots. 
"Nous on pense que les lieux de centralité de la culture doivent être dans toute la ville, dans tous les quartiers", répond François Simon. Puis au sujet de Toulouse 2013, il ajoute : "si nous gagnons les municipales nous utiliserons cet outil pour permettre aux acteurs culturels locaux d'y participer. Ce serait donc un outil qui permettrait de remettre dans le bon sens la politique culturelle toulousaine". Mais son but n'est pas de chasser de chasser la culture de prestige, au contraire, l'Autre liste souhaite conserver cette "vitrine culturelle". 

Au passage, en répondant à une question qui n'avait pas grand chose à voir avec la culture, François Simon a fait une projection d'ordre politique sur l'entre deux tours : "Toulouse est à un croisement. Je souhaite que la gauche gagne les élections. Mais si le PS refuse de négocier avec l'Autre liste et de discuter avec Debout!, il va y avoir un problème. On veut prendre des responsabiltés et c'est pour cela que l'on souhaite faire le plus gros score possible au premier tour. Pour le reste il faut poser la question à Pierre Cohen."
Pour conclure sur la culture, M. SImon déclare : "notre projet n'est volontairement pas fini. Il s'agit juste de redéfinir le cadre". 

Il est agréable de constater que la culture n'est pas totalement absente du débat municipal. Reste à savoir si d'autres listes vont détailler leur projet culturel.

Publié dans Infos

Commenter cet article