Compte-rendu de la réunion publique de Pierre Cohen

Publié le par gk

Mercredi 27 février, la liste de gauche plurielle organisait une réunion publique salle du Sénéchal, pour présenter plusieurs thèmes de son programme. Le public, formé de militants et de sympathisants, était venu en nombre. Après une introduction de Pierre Cohen, son colistier vert Jean-Charles Valadier a pris la parole sur le développement durable et le logement. 

L'objectif est de "faire de Toulouse une ville excellente en matière de développement durable", avec comme mots d'ordre, "un vrai tri des déchets", soulignant que 110 000 tonnes de déchets sont brûlés chaque année à Toulouse, ce qui représente "90% des déchets". Pour ce qui est du logement, M. Valadier a présenté un projet d'éco-quartier, qui serait construit avec "des matériaux bio" et dans lequel on utiliserait "l'énergie solaire" et on pratiquerait "la réutilisation des eaux usées". La gauche souhaite "insérer ce quartier dans Toulouse" avec "des places triangulaires, des cours, des services publics, des commerces de proximité, des entreprises. Il faut qu'on ait envie de vivre et de consommer dans nos quartiers", poursuit M. Valadier, citant comme contre exemple le quartier Borderouge, "où il n'y a que une ou deux grandes surfaces, et c'est tout". 

Puis Jean-Charles Valadier a déclaré que la municipalité doit être exemplaire au niveau de l'économie d'énergie, et qu'il faut équiper les bâtiments qui ne sont pas aux normes, s'en prenant au passage à la médathèque, bâtiment récent mais "désastreux" pour ce qui est de l'isolation. Un autre point important du programme écologique de Pierre Cohen est "de créer un espace naturel des Etroits de Garonne" et une "maison de l'environnement". Pierre Cohen ajoute au sujet du logement que "la méthode de construction est à revoir", s'opposant à une logique du tout-béton. Il a partlé de la nécéssité de construire de nombreux logements. 

Martine Croquette, membre du PCF, a présenté le projet pour les transports, avec trois priorités, le développement durable, l'égalité du territoire et la capacité de travailler avec les autres collectivités territoriales. Sur ces trois points, Mme Croquette souligne "l'échec cuisant de la droite pendant trente-sept ans" et propose aux Toulousains "une réorganisation du réseau de bus, le développement de pistes cyclables, un ticket à prix modéré pour les familles et les salariés, la gratuité pour les moins de vingt-six ans, un tramway allant jusqu'à l'aréoport, un tramway circulaire". Elle évoque aussi "une voie verte le long du Canal du Midi de Rangueil à Pont Jumeau" ainsi que "la piétonnisation du centre ville". Puis Cécile Ramos, membre du PRG, a évoqué la démocratie. "Nous voulons faire une politique de  la ville, en prenant en compte tous les quartiers, et pas uniquement le centre ville". "Nous allons redynamiser les comités de quartiers, car la démocratie a bien peine à vivre à Toulouse", soulignant que certains comités de quartiers ne se sont pas réunis depuis plus d'un an. 

Au tour de Stéphane Carassou, membre du PS, a pris la parole au sujet de la tranquillité, de la "qualité de vie pour tous". Il s'en est pris à jean-Luc Moudenc : "le candidat de droite a dit au mois de novembre qu'il fallait sortir du droit républicain et faire des arrestations sans procédures. C'est intolérable, c'est grave. Et il ne s'est toujours pas expliqué là-dessus." Puis il a présenté l'office de tranquillité, qui servirait à régler les divers problèmes des Toulousains. Il a aussi présenté l'idée de developper "une véritable politique de propreté", avec comme priorité "de mettre tous les quartiers au même niveau".

Après cette présentation, le public a pu poser des questions. Une dame interroge Pierre Cohen :"comment voyez-vous l'évolution de la taxe d'habitation après votre élection ?". Le candidat lui répond "il n'y aura pas besoin de toucher à la taxe d'habitation", un colistier ajoutant que "Toulouse dispose d'un matelas fiscal impressionant. Il n'y a pas besoin d'augmenter les impôts". 
Puis Pierre Cohen a évoqué son rival : "Moudenc, son seul symbole, c'est Baudis. Mais vouloir ressembler à l'ère Baudis, c'est éttouffer Toulouse. Bordeaux, en six ans, a développé une offre de transports qui a dépassé Toulouse", poursuit-il.
Une jeune femme demande : "Que comptez-vous faire pour les étudiants ?". Kader Arif répond : "quand on a 100 000 étudiants dans une ville, on doit considérer ça comme une richesse. Or, la droite considère cela comme un problème." La liste de M. Cohen souhaite créer une cité internationale de la jeunesse, pour accueillir les jeunes étrangers, et pour offrir un service de renseignement sur les services pour les étudiants 

Catherine Lemorthon, députée de la 1ère circonscription de Haute-Garonne, conclut la soirée : "La doite considère la ville comme une rente. On l'a déjà mis à terre le 17 juin 2007. Le 9 et 16 mars, votons Pierre Cohen ! " Une chose est sure, à dix jours du premier tour, la gauche croit de plus en plus en ses chances d'accéder au Capitole.

Publié dans Infos

Commenter cet article