Avantage Cohen

Publié le par gk

Les électeurs toulousains ont voté, et ont qualifié deux listes pour le second tour, celle de Jean-Luc Moudenc, maire sortant qui a obtenu 42,60% des voix, et celle de Pierre Cohen, qui a recueilli 39% des suffrages. Les autres listes n'ont pas pu faire le poids, même si, nous allons y revenir, elles auront leur mot à dire. Le taux de participation est peu élevé, puisque seulement 134 517 toulousains sur 240 953 inscrits ont voté (56,5%). 

C'est François Simon qui a le premier pris publiquement la parole ce soir (dimanche 9 mars NDRL). Il a déclaré sur TLT : "la droite est en passe de perdre cette ville" et a appelé à ce que "les forces de gauches soient en capacité de se réunir". Myriam Martin, un peu plus tard sur la même chaîne, a rajouté : "La balle est dans le camp du PS". Elle poursuit : "on peut enfin se débarasser de la droite". Elle s'est dit satisfaite du résultat de sa liste LCR-Motivé(e)s, qui a obtenu 5,07% et a déclaré son envie d'être au Conseil municipal. De son côté, l'Autre liste a réuni 5,42% des électeurs, un résultat peut-être un peu en deçà des espérances de l'ancien candidat PS (en 2001) à la mairie de Toulouse, mais l'essentiel est assuré. Pour ces deux listes, l'objectif est atteint puisqu'elles ont franchi la barre des 5%, qui leur permet de fusionner avec une autre liste au second tour. Elles ont logiquement demandé à Pierre Cohen de rassembler toutes les forces de gauche. 

Le candidat socialiste, s'est exprimé dans les locaux de France 3. Très satisfait de son score, il a confié : "il y a quelques mois, pas grand monde aurait pensé que je serais aussi proche du maire sortant" au premier tour. Il s'est décris comme le "candidat du changement" et a critiqué la gestion de la ville par M. Moudenc : "depuis quatre ans, Toulouse se recroqueville sur elle-même". Un peu plus tard, sur TLT, Pierre Cohen a de nouveau pris la parole  : "Nous ne sommes absolument pas dans l'euphorie, d'autant que l'abstention est forte". Au sujet des éventuelles alliances, il s'est d'abord quelque peu étonné de l'appel du pied de la LCR, et par rapport à François Simon, il a dit : "nous aurons l'occasion de discuter". Il a précisé qu'il décortiquerait les résultats définitifs avec son équipe et prendrait une décision demain (lundi 10 mars NDRL). 

Quelques minutes plus tard, Jean-Luc Forget fait son apparition sur le plateau de TLT. Le MoDem n'a pas réussi à atteindre le second tour, son objectif initial, mais est en capacité de fusionner avec une autre liste, puisqu'il a obtenu 5,90% des voix. M. Forget a déclaré : "je pensais que cela méritait un peux mieux. Je n'ai pas réussi à convaincre à la mesure de ce que j'espérais". Il a tout de même signalé que son score est "un socle utile, à considérer, pour un jeune mouvement" comme le MoDem. Interrogé sur les éventuelles alliances qu'il souhaiterait faire, il s'est montré un peu ambigu. "Je n'exclue rien", a-t-il dit, tout en se déclarant "pas hostile à toute discussion". Il poursuit : "je ne suis pas en situation de quémander (...), je ne suis plus acteur". Il a toutefois signalé : "nous souhaiterions participer à la gestion de notre ville" et a conclut en disant que la décision se prendrait collégiallement, avec l'ensemble de ses colistiers lundi 10 mars. Pour le parti centriste, il existe deux possibilités : soit il se retire de la course, soit il fusionne pour avoir quelques conseillers municipaux. Le MoDem risque d'être très courtisé, pendant cet entre-deux tours, par les deux candidats restants, à fortiori par Jean-Luc Moudenc, qui dispose d'un réservoir de voix restreint comparé à celui de M. Cohen (en plus de l'autre liste et de la LCR, LO a obtenu 0,83% des voix et le PT 0,33% des voix). 

Le maire sortant est certes arrivé en tête du premier tour, mais compte-tenu des scores de toute la gauche, ll est en ballotage défavorable. En effet, il risque de recueillir les voix des électeurs de M. Gallego (0,86%) et peut-être la moitié des voix du MoDem, mais guère plus. Il se trouve donc objectivement dans une position inconfortable. Absent des plateaux de télévision, il a tenu une conférence de presse vers 22h, dans laquelle il a dit : "les Toulousains approuvent le travail accompli" par la municipalité sortante a appelé "au rassemblement de tous les Toulousains" derrière lui. Il a avertit les électeurs sur le "risque qu' un seul parti contrôle tous les pouvoirs locaux"  et il s'est posté comme le candidat qui propose "une équipe de diversité". Il conclut : "c'est l'avenir de Toulouse, de vos enfants, et rien d'autre" qui est en question. Il a appelé les Toulousains à la mobilisation au second tour.

Finalement, les Toulousains ont préféré un duel droite/gauche classique à une triangulaire avec le MoDem, par moments évoquée durant la campagne. Cette bipolarisation du scrutin était annoncée par tous les sondages et s'est donc confirmée dans le vote du 9 mars. Que retenir de ce premier tour ? La gauche et Pierre Cohen est en situation de force, même si rien n'est encore fait. La semaine qui débute sera celle des tractations. M. Cohen organisera-t-il un rassemblement de toutes les forces de gauche, en y intégrant M. Simon (l'autre liste) et la LCR, ou se tournera-t-il vers le centre ? De la même manière, Jean-Luc Moudenc tendra-t-il la main au MoDem (ce qu'il avait déjà fait au début de la campagne, et il avait d'ailleurs essuyé cette fois-là un net refus) ? Quelle sera la position du MoDem ? Tant de questions qui seront certainement éclaircies tout au long de la semaine. Quoi qu'il en soit, après ce premier tour, on peut le dire, l'avantage est à Pierre Cohen. 

 

Publié dans Enjeux

Commenter cet article

Gabriel 10/03/2008 13:55

En tous cas, François Simon a demandé une représentation d'un neuvième sur la liste de Pierre Cohen.. Celui-ci devrait accepté. Pour ce qui est des autres éventuelles alliances, c'est encore flou. Mais comme tu dis, lum, on devrait en savoir plus dans la journée.

lum 10/03/2008 13:45

Les décisions de fusions doivent se prendre très rapidement, il me semble que c'est jusqu'à ce soir...

Je pense qu'il y aura une fusion Simon-Cohen, et c'est tout.
Peut-être Cohen proposera une "fusion technique" à la LCR et au modem.

Je pense qu'il a surtout intérêt à poursuivre la dynamique : il y a une marge d'abstentionnistes, je pense pas qu'elle soit défavorable à la gauche, et Cohen pourrait l'emporter sans aucune fusion...