Compte-rendu du meeting de Jean-Luc Moudenc

Publié le par gk

Environ 2 000 personnes sont venues soutenir la liste emmenée par Jean-Luc Moudenc, jeudi soir, salle Jean Mermoz. Dans un premier temps, Fabien Pelous assurait l'animation, jusqu'à l'arrivée des colistiers accompagnés d'une musique retentissante, puis de Jean-Luc Moudenc, Jean-Luc Forget et Yvette Benayoun-Nakache, qui ont serré des mains à tout va pendant une dizaine de minutes sur un rythme disco. 

C'est d'abord le nouveau n°3 de la liste, M. Forget (MoDem), qui a prononcé un discours. "Nous sommes là pour Toulouse, pour l'avenir de cette ville", a-t-il dit. Il est revenu sur sa campagne, qu'il a qualifié comme "un moment où l'on peut et l'on doit faire part de nos inquiétudes". Il poursuit : "L'inquiétude est nécessaire à l'action. (...) Pouvions nous demeurer spectateur d'un constat ? Cela n'aurait pas été responsable. Cela n'aurait pas été à la mesure de notre ville".  Au sujet de la fusion, intervenue mardi, il déclare : "Jean-Luc Moudenc a accueilli. Nous sommes accueillis avec nos propositions. Nous sommes aujourd'hui dans l'addition des énergies", tout en affirmant : "je ne suis pas un mercenaire".
 
Il a ensuite développé les points sur lesquels le MoDem devra travailler. " La mairie peut être plus accueillante pour les entreprises", dit-il, en émettant l'idée de la création d'un guichet unique. Au sujet des transports, "nous avons dit qu'avant de dessiner, il fallait organiser les Etats Généraux de la mobilité ", proposition acceptée par M. Moudenc. Quant à la démocratie locale, il plaide pour "des lieux dédiés à l'écoute. Ce n'est pas perdre du temps que de prendre le temps de bien décider". Moins critique vis à vis du maire sortant que pendant le reste de la campagne, il déclare à son propos : "Toulouse est gouvernée, gérée sainement (...). Ensemble, avec nos différences et avec nos complémentarités, nous allons, nous avons le devoir, de faire gagner Toulouse".

C'est au tour de Jean-Luc Moudenc de prendre la parole. Il se montre tout de suite critique à l'égard de Pierre Cohen : "nous avons noter l'impossible rassemblement dans le camp adverse", dit-il. Il s'est dit sastisfait de mener "une équipe composée de femmes et hommes aux parcours divers mais qui se sont engagés à jouer une partition, celle de "Toulouse pour tous" ". Fier du résultat du 9 mars, il déclare : "Dimanche dernier, nous sommes arrivés en tête, (...), ce n'est pas ce qu'annonçaient les sondages !".  

Il est lui aussi revenu sur l'intégration de huit membres du MoDem dans la liste : "Nous avons décidé de mettre en commun nos projets pour mettre plus de force dans l'engagement au service des toulousains". Il poursuit : "La diversité, c'est ce qui nous différencie de nos concurrents", et déclare de Cohen : "il veut gouverner seul, tout seul. Il ne veut discuter avec personne" et continue : "Chaque fois que Monsieur Cohen essaie d'expliquer son programme, les Toulousains comprennent que ça serait davantage d'impôts et donc, une baisse du pouvoir d'achat". 

Puis, il a parlé de la jeunesse : "notre équipe comprends de nombreux jeunes talents, qui représenteront les étudiants et la jeunesse, et du développement durable : "tout le monde se préoccupe du développement durable. Avec près de 200 jardins dans Toulouse, je me dis que nous avons su anticiper". Il s'est également félicité que l'agglomération crée 10 000 emplois : "c'est l'exploit que nous réussissons à Toulouse depuis une dizaine d'années", et en a profité pour critiquer à nouveau son adversaire. "Monsieur Cohen n'est pas crédible lorsqu'il parle de création, d'ambition et de développement d'emplois". 

Son projet, Jean-Luc Moudenc le résume de la sorte : "Osons l'ambition", soulignant la candidature de Toulouse pour devenir capitale européenne de la culture en 2013, "ce qui serait une opportunité unique", renchérit-il. Il conclut : "pour toutes ces raisons-là, ne nous trompons pas ! (...) Osons l'ambition, osons l'avenir, osons aller plus loin ensemble, et vive Toulouse". La musique reprend, et l'assistance quitte peu à peu la salle, visiblement satisfaite.
 

Publié dans Infos

Commenter cet article

fragonardo 14/03/2008 15:17

Encore cette honteuse mystification de l'impôt.

Vraiment cela me déçoit beaucoup : n'a t-il pas d'autres arguments qu'il doive dénigrer l'adversaire, et mentir ?

Son ambition, "Toulouse recroquevillée" n'est pas la mienne...