Une nouvelle ère

Publié le par gk

Les Toulousains ont choisi, dimanche 16 mars, le socialiste Pierre Cohen pour devenir maire de la ville. Depuis 37 ans, le centre-droit gouvernait Toulouse : Pierre, puis Dominique Baudis, Philippe Douste-Blazy et enfin Jean-Luc Moudenc se revendiquaient de cette ligne de conduite "baudisienne". Cette défaite du centre-droit et de son candidat marque un tournant dans la vie politique toulousaine : la gauche revient aux affaires, c'est donc le commencement d'une nouvelle ère.
 
Pierre Cohen, donné vainqueur par de nombreux sondages, et en position favorable suite au premier tour, a donc gagné d'une courte tête sur son adversaire Jean-Luc Moudenc, très abattu hier soir, mais qui a obtenu un score honorable. La participation, en hausse par rapport au premier tour, est toutefois restée en dessous de la moyenne nationale : près de quatre toulousains sur dix n'ont pas voté ce dimanche ! 

La campagne électorale, longue, intense, pleine de promesses, a fait naître des débats, des perspectives pour Toulouse. M. Cohen, qui a un projet ambitieux, devra tout de suite se mettre au travail, et tâchera de trouver une complémentarité avec le Conseil Général, dirigé par Pierre Izard (PS) et avec le Conseil Régional de Martin Malvy (PS), pour mener à bien les grands projets. Car cette ville a besoin d'avancer, et la nouvelle équipe municipale a un programme chargé. 

Tout d'abord, il s'agit de faire des Etats Généraux de la mobilité, chers à Jean-Luc Forget (candidat du MoDem), pour instaurer un plan d'urgence sur les transports. Le futur maire l'a toujours dit, c'est la priorité du mandat. La création d' assises de la culture, sera très attendue, afin de redéfinir les contours du projet Toulouse 2013, symbole de la politique culturelle de la ville. Un autre chantier attend la municipalité, celle de restaurer des Conseils de quartiers plus fréquents, plus vivants, avec un budget de fonctionnement à leur disposition. 
Les propositions phares du projet socialiste, telles la gratuité des transports pour les moins de 26 ans, la réorientation du Grand Projet de Ville, l'instauration d'un service public pour la petite enfance, ou encore, la remunicipalisation progressive de l'eau, devront être lancées rapidement. Quant au rôle de la police municipale, nul doute qu'il sera observé avec intérêt, notamment par la droite toulousaine. L'office de tranquillité devra également faire ses preuves. 

Des projets urbains, la gauche en a, et devra les réaliser. On pense au grand parc de l'île du Ramier, à la construction d'un éco-quartier pilote, ou encore, à l'aménagement de pistes cyclables sécurisées. Au niveau social, des mesures devront être mises en place, comme le parcours culturel gratuit pour tous les enfants scolarisés, l'élargissement de l'accès à gratuité de la cantine pour les familles modestes, un ticket civique pour les familles et les salariés...

Il s'agit donc de renforcer la citoyenneté, la solidarité et la qualité de vie. Qui peut être contre ? Cependant, toutes ces promesses devront être tenues : la crédibilité de la nouvelle majorité du Conseil municipal en dépend.

Publié dans Enjeux

Commenter cet article