La gauche toulousaine : divisée pour mieux régner?

Publié le par gk

M. Cohen, en étant élu candidat du parti socialiste fin octobre, avait comme priorité première de rassembler la gauche toulousaine au tour de sa personne. Presque deux mois plus tard, on peut dire que le résultat est mitigé.
D'un côté, la démarche de rassemblement de la gauche autour du PS a bien fonctionné, puisque les Verts et le PCF se sont ralliés à Pierre Cohen. De plus, l'ex-Motivé Magyd Cherfi le soutient également. 
Ces alliances, plus de trois mois avant les municipales sont clairement un atout : les différentes formations politiques vont pouvoir s'accorder sur un programme qu'ils ont le temps de préparer, se concerter. Aussi, le ralliement des Verts constitue une force supplémentaire pour le PS, puisque l'idée d'une ville écologique sera surement l'un des thèmes forts de la campagne. 
Pourtant, le PS n'a pas réussi l'unité totale. A sa gauche, deux forces politiques ont choisi de se présenter de façon autonome. Il s'agit de la LCR, qui, traditionnellement, ne s'allie pas avec le parti socialiste dès le premier tour, ce n'est donc pas une surprise. Mais, un autre adversaire, présente une liste, qui rassemble des écologistes, des altermondialistes et... des déçus du PS : l'Autre liste. François Simon, celui qui était candidat du PS en 2001, disputera le leadership de la gauche face à son ancien parti. Là non plus, ça n'est pas une surprise, puisque le médecin généraliste l'avait souligné depuis longtemps,  il y a plusieurs différents entre lui et son ancien parti, différents visiblement à la fois politiques et personnels. Et il reste encore deux partis, qui n'ont pas déclaré leur ligne de conduite en vue de mars 2008, il s'agit du parti radical de gauche (PRG) de Jean-Michel Baylet, et du parti occitan. Ils devraient se rallier à Pierre Cohen, ou à François Simon.
On l'a vu, la gauche toulousaine est onc moins divisée qu'en 2001 ou une multitude de candidats s'étaient présentés. Mais elle n'est pas non plus unifiée autour d'un seul candidat. La concurrence entre le PS et l'Autre liste va peut-être favoriser le contenu des programmes. Pour convaincre l'électeur de gauche, les deux listes vont devoir proposer des choses innovantes, l'une vis à vis de l'autre. Si dans le projet de François Simon ne figure pas prioritèrement l'idée que Toulouse devienne une métropole européenne (point phare du projet du PS), les thèmes de démocratie locale, d'écologie, des transports sont des préoccupations communes. 
La gauche toulousaine semble avoir conscience que l'élection de 2008 est une chance inouie pour elle de reconquérir le Capitole. Elle ne souhaite donc pas se quereller en son sein. D'ailleurs, François Simon l'a prévenu : si l'Autre liste ne parvient pas au second tour, elle appellera à voter pour la liste PS-Verts-PCF de Pierre Cohen (dans le cas où celui-ci est qualifié pour le second tour). 

Publié dans Enjeux

Commenter cet article

Blog de l'autre liste 17/12/2007 15:35

le site de l'autre liste est ici: http://www.l-autre-liste.fr