Interview de Jean-Luc Moudenc par le JDD

Publié le par gk

source : http://www.lejdd.fr/cmc/municipales/20083/moudenc-une-nouvelle-direction_86294.html (le 15 janvier 2008)

Elu en 2004 maire de Toulouse par le conseil municipal à la suite de Philippe Douste-Blazy, alors nommé ministre de la Santé, Jean-Luc Moudenc tentera, face à une gauche revancharde, de conserver son fauteuil en mars prochain. Un challenge d'envergure pour le centriste, qui, méconnu au plan national, s'accroche surtout à sa notoriété locale. Et souhaite "une nouvelle direction" pour sa ville.

Face à une gauche puissante à Toulouse, ne craignez-vous pas un vote sanction des électeurs contre la politique de Nicolas Sarkozy et dont vous feriez les frais?
Nos citoyens savent bien que l'élection municipale n'est pas le troisième tour de l'élection présidentielle, ni le troisième tour des élections législatives. Il s'agit d'une élection en soi: c'est le bilan d'une équipe, c'est le bilan d'un maire. Cela n'a rien à voir avec la présidence de la République ou l'élection de députés. En outre, dans la région, le Parti socialiste est très puissant et monopolise beaucoup de responsabilités. François Mitterrand disait en 1988, qu'il n'est pas bon qu'un parti gouverne tout.

Quels sont vos trois engagements majeurs si vous êtes réélu maire de Toulouse?
Nous voulons faire de Toulouse l'une des vingt premières métropoles européennes d'ici 2020. Nous voulons aussi que Toulouse soit une ville pionnière en matière de développement durable et d'écologie urbaine, et ce, même si nous avons une certaine avance dans ce domaine. Enfin, nous voulons faire partager à tous la puissance de Toulouse, le fait que Toulouse gagne.

Concrètement, quelles seront vos trois premières mesures si vous êtes réélu?
Nous aurons à choisir l'architecte urbaniste qui va nous accompagner, pour que dans les quinze ans qui viennent, nous puissions faire évoluer le centre-ville. Nous voulons faire en sorte que l'on s'y déplace en privilégiant les modes doux. Ensuite, je veux mettre en place un grand projet de ville humain. Un grand projet de ville urbain existe déjà, mais j'ai maintenant envie qu'on développe l'accompagnement social, le soutien aux familles, à la parentalité, le soutien scolaire, la réussite éducative, l'accompagnement des jeunes sur le parcours de l'emploi, de la maternelle à la sortie du lycée. Voilà les trois domaines, dans lesquels dans les premiers jours qui suivront notre élection, je ferai prendre à notre ville une nouvelle direction.

Publié dans Interviews

Commenter cet article

Xavier 29/01/2008 10:18

Tout ces commentaires pour savoir si la ville doit être "a droite" ou " a gauche" sont assez pathétiques. On demande à ce qu'une ville soit bien gérée et ait des projets. L'avantage desdeux autres candidats c'estqu'ils ont un bilan: minable pour Cohen sur Rammonville, moyen pour Moudenc sur Toulouse.
Alors peut être faut il regarder ailleur.

ParisienToulousain 29/01/2008 03:21

Un peu de bonne foi, l'Assemblée Nationale et le Sénat comportent une très grosse minorité de gauche. Les départements sont en majorité à gauche; quasiment toutes les régions à gauche; les nombreuses associations de maire... Donc le portrait que vous dépaignez est très raccourcie.

En revanche, dans votre région, tout est à gauche et quand votre ancien Maire Baudis veut se présenter aux sénatoriales, tout le monde se gausse de rire/s'insurge quant il parle de l'omniprésence de la gauche.
Mais quand des inconnus sont élus à un conseil général où le PS domine sans commune mesure avec l'UMP en France, et quand des inconnus sans plus grande valeur sont élus députés les doigts dans le nez, je me ferai du souci pour votre ville.

Est-ce que ces députés seront à même de défendre la ville de Toulouse, surtotu si elle reste à droite ? Cela m'étonnerait fort. Pour l'instant, ceux qui ont le plus défendus Toulouse dans les lobbies parisiens, au risque que vous vous hérissiez les cheveux, c'est Baudis, Diebold et le Douste. Vos sénateurs PS sont la caricature de la rente électorale en Haute-Garonne... et La Dépêche est des vôtres.

Alors un peu de prudence dans vos réflexions pavloviennes.

toulousain 27/01/2008 01:36

Et bien moi je trouve son argument tout à fait censé. Je trouve que la gauche à la mémoire bien courte quand ils précisaient récemment que la droite seule ne devait pas s'arroger tous les pouvoirs et qu'il fallait équilibrer.
Dans notre région tout est à gauche, donc il faut que la mairie et la communauté d'agglo restent à droite! C'est l'équilibre que pronait la gauche il y a quelques mois. La référence à F. Mitterand n'est pas gonflé mais tout à fait logique pour se rafraîchir la mémoire!

jani-rah 26/01/2008 21:07

"François Mitterrand disait en 1988, qu'il n'est pas bon qu'un parti gouverne tout."

Il oublie que notre président adoré, les deux assemblées, le conseil constitutionnel etc. sont de son bord ! Gonflé.